48 heures

Publié le par nalouda

"...De mon enfance, j’ai un souvenir si chaud que je pourrais presque m’y brûler rien qu’en y pensant. Mes parents respiraient l’amour de l’Un, de l’autre et de la vie. Portés par les murmures des espaces nous participions à la confection du nectar de Confiance. Bien loin d’être seuls, nous nous retrouvions souvent à plusieurs ballons colorés à peindre de ci, de là, les cieux que nous traversions. En effet, mon père avait rallié à sa cause sans cause bon nombre de montgolfiers, tous étrangement unis à des danseuses. Dans chaque montgolfière qui parcourait les airs, il y avait des enfants. Nos terrains de jeux avaient l’odeur de la pluie, la saveur des rayons ensoleillés et la douceur des songes. Nous avions tous fait nos premiers pas sur les nuages. Et c’est eux qui nous aidaient à grandir. Nous nous donnions rendez-vous sur celui-ci et nous disions au revoir sur celui-là. L’apprentissage de nos candeurs se faisait sur ses formes éphémères sculptées par la vie. Je garde de cette période une mélodie au fond du cœur qui à chaque hésitation me ramène paisiblement sur le chemin de la foi…"

Nos terrains de jeux avaient l'odeur de la pluie et la douc

"La sécurité vous a égaré…"

nalouda-9-8717.JPG

nalouda-9-8722.JPG

nalouda-9-8740.JPG

nalouda-9-8744.jpg

nalouda-9-8748.jpg

nalouda-9-8757.JPG

nalouda-9-8763.jpg

nalouda-9-8790.JPG

nalouda-9-8800.JPG

nalouda-9-8802.JPG

nalouda-9-8804.JPG

nalouda-9-8813.JPG

nalouda-9-8840.JPG

nalouda-9-8859.JPG

nalouda-9-8865.JPG

nalouda-9-8866.JPG

nalouda-9-8923.JPG

nalouda-9-8924.JPG

nalouda-9-8930.JPG

nalouda-9-8956.JPG

nalouda-9-8959.JPG

nalouda-9-8961.JPG

nalouda-9-8979.JPG

nalouda-9-8987.JPG

A quelques jours, presque quelques heures de la lente remontée vers les terres d’origines, nous savourons encore un peu la clémence d’une température pleine de douceur. Nous saluons ces autres qui ont illuminé l’été et l’automne de cette année voyageuse pour venir toucher vos regards, respirer vos vies là-haut. Voilà 7 mois que je ne suis pas revenu, un peu moins pour Louise et Anne-Laure. Le sablier du temps emporte le temps et bien d’autres choses encore. Je me réjouis de revoir vos visages, d’entendre vos voix, de parcourir les rues de la belle Strasbourg et pour cette fin d’année me laisser emporter par la mélodie des flocons.

Un petit mois, un petit moi, rien de plus, rien de moins...

nalouda-9-8932.JPG

nalouda-9-8954.JPG

En vous embrassant par ici avant de le faire par là…

Louise, Anne-Laure et David

nalouda-9-8969.JPG

nalouda-9-8946.JPG

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Karima 12/02/2012 11:25

Coucou la petite famille,

C'est toujours un plaisir de vous voir et de vous lire...
Les scènes de vie sont magnifiques..
Prenez soin de vous!
Tout de bon!
Au plaisir de vous croiser à nouveau Incha Allah!
Karima