Inconnu...Inconnue...Inconnus...Inconnues...

Publié le par nalouda

nadia 9505

Les trois questions… d’après un conte de Léon Tolstoï.

Pour Léandre, en souvenir d’un souvenir, en souvenir d’une promesse…

Il était une fois un garçon nommé Nikolaï qui se demandait quelle était la meilleure façon d’agir. « Je veux être quelqu’un de bien, disait-il à ses amis, mais je ne sais pas toujours comment y parvenir. » Ses amis comprenaient son désarroi et souhaitaient l’aider.« Si seulement j’obtenais les réponses aux trois questions qui me hantent, ajoutait-il, alors je saurais toujours quoi faire. »

Quel est le meilleur moment pour agir ?

Quelle est la personne la plus importante ?

Quelle est la meilleure chose à faire ?

Les amis de Nikolaï réfléchirent à sa première question.

Sonya le héron prit la parole : « pour savoir quel est le meilleur moment pour agir, il faut s’organiser en conséquence. »

Gogol le singe, qui venait de fourrager dans les feuilles pour trouver à manger, ajouta : « tu sauras à quel moment il faut agir si tu es attentif et observateur. »

Et Pouchkine le chien, qui était sur le point de s’assoupir, conclut : « tu ne peux pas toi seul faire attention à tout. Tu as besoin d’un gardien vigilant pour t’aider à décider quel est le meilleur moment. »

 

Nikolaï réfléchit un moment puis il posa sa deuxième question : « Quelle est la personne la plus importante ? »

« Celle qui est le plus près du paradis », dit Sonya en décrivant de grands cercles dans le ciel.

« Celle qui sait guérir les malades », proposa Gogol en frottant sa tête endolorie.

« Celle qui établit les règles », grogna Pouchkine.

 

Nikolaï réfléchit à nouveau longuement. Puis il posa sa troisième question.

« Quelle est la meilleure chose à faire ? »

« Voler », dit Sonya.

« S’amuser tout le temps », s’esclaffa Gogol.

« Se bagarrer », aboya Pouchkine.

 

Le garçon demeura silencieux un long moment. Il aimait ses amis. Il sentait qu’ils faisaient de leur mieux pour l’aider à répondre à ses trois questions, mais leurs réponses ne le satisfaisaient pas totalement. Soudain, il lui vint une idée. « Je sais ! Je vais interroger Léon la Tortue. Il vit depuis très longtemps. Il connaît sûrement les réponses à mes questions. »

 

Nikolaï se mit en route et gravit la montagne où vivait solitaire et retirée, la vieille tortue. Lorsqu’il arriva, il trouva Léon entrain de bêcher son jardin. La tortue étant très âgée, bêcher lui demandait de gros efforts. « Je me pose trois questions et j’ai pensé que tu pourrais m’aider, dit Nikolaï. Quel est le meilleur moment pour agir ? Quelle est la personne la plus importante ? Quelle est la meilleure chose à faire ? »

Léon écouta attentivement, mais se contenta de sourire puis recommença à bêcher. « Tu dois être fatigué, dit Nikolaï au bout d’un moment. Laisse-moi t’aider. » Bêcher est beaucoup plus facile pour un jeune garçon que pour une vieille tortue. Nikolaï ne s’arrêta qu’après avoir retourné tout le jardin. Mais juste comme il terminait, le vent se leva, de gros nuages éclatèrent et la pluie se mit à tomber. Or, tandis qu’il se dirigeait vers la maison de Léon pour s’y abriter, Nikolaï entendit soudain des pleurs et des appels au secours.

Aussitôt, il dévala le sentier en courant et trouva un panda, la patte blessée par un arbre que le vent avait déraciné.

Avec précaution, Nikolaï le prit dans ses bras et le transporta dans la maison de la tortue. Pui, avec une tige de bambou, il confectionna une attelle pour la patte.

La tempête faisait rage, cognant aux portes et aux fenêtres. Le panda se réveilla. « Où suis-je ? S’écria-t-il. Où est mon enfant ? »

 

Nikolaï se précipita dehors et courut le long du sentier. La tempête faisait un vacarme assourdissant. Luttant contre le vent qui hurlait et contre la pluie diluvienne, il s’enfonça dans la forêt. Et là, il trouva le petit panda qui gisait par terre, gelé et tremblant de froid.

Le petit panda était trempé jusqu’aux os et effrayé, mais vivant. Nikolaï le ramena à la maison. Il le sécha, le réchauffa et le déposa tendrement dans les bras de sa mère. Léon sourit en voyant ce qu’avait fait le garçon.

 

Le lendemain matin, le soleil était de retour, les oiseaux chantaient, la vie était belle. Sa patte commençait à guérir, et le panda remercia Nikolaï de l’avoir sauvé avec son enfant. C’est juste à cet instant qu’arrivèrent Sonya, Gogol et Pouchkine. Ils voulaient s’assurer que tout le monde était sain et sauf.

 

 NikolaÏ ressentait une grande paix intérieure. Il avait des amis merveilleux. Il avait sauvé le panda et son enfant. Cependant, il était déçu. Il n’avait toujours pas obtenu de réponses à ses questions. Il interrogea donc à nouveau Léon.

La vieille tortue l’observa. « Mais ces réponses, tu les as eues », répondit-elle. « Vraiment ? » demanda Nikolaï.

« SI tu n’étais pas resté hier pour m’aider à bêcher mon jardin, tu n’aurais pas entendu le panda crier à l’aide à travers la tempête. C’est pourquoi le moment le plus important a été celui que tu as passé à retourner mon jardin. La personne la plus importante à cet instant-là, c’était moi, et la chose la plus importante était de m’aider au jardin. Par la suite, quand tu as trouvé le panda blessé, le moment le plus important a été le temps que tu as passé à soigner sa patte et à sauver son enfant. Les personnes les plus importantes alors étaient le panda et son enfant. Et la chose la plus importante à faire était de prendre soin d’eux et de les sauver. »

 

« Ainsi rappelle-toi qu’il y a un seul moment important, et que ce moment c’est maintenant. La personne la plus importante est toujours celle avec laquelle tu es. Et la chose la plus importante est d’être bon avec la personne qui est à tes côtés. Voilà mon cher enfant, les réponses à tes questions sur ce qui est le plus important dans ce monde. Et voilà pourquoi nous sommes ici. »

nadia-9144.JPG

nadia 9189

nadia-9192.JPG

nadia 9225

nadia 9226

nadia 9227

nadia 9228

nadia 9237

nadia-9241.JPG

nadia-9269.JPG

nadia-9283.JPG

nadia-9288.JPG

nadia-9278.JPG

nadia-9302.JPG

nadia-9306.JPG

nadia-9342.JPG

nadia-9343.JPG

nadia-9346.JPG

nadia-9351.JPG

nadia-9390.JPG

nadia-9355.JPG

nadia-9439.JPG

nadia-9468.JPG

nadia-9487.jpg

nadia-9508.JPG

nadia-9509.JPG

nadia-9521.JPG

Venir ici ou là. Choisir pour un temps de rester ici et constater que les rues, les routes, les immobiles et les êtres deviennent peu à peu familiers. Qu’il n’y a plus besoin de s’arrêter pour demander la direction. Qu’il y a juste à se sentir partie intégrante et intégré du tableau. Dans deux jours pourtant nous irons découvrir un autre « chez nous », avec d’autres rues, d’autres routes, d’autres immobiles et d’autres êtres. Dans deux jours nous irons un peu plus haut dans la montagne. Dans deux jours… C’est encore loin alors je savoure la quiétude de cet instant, arrêté, dans les vignes du village de Pépieux, observant le vent raconter aux arbres et à Louise des histoires que je devine sucrées…

nadia-9114.JPG

nadia-9152.JPG

nadia-9159.JPG

nadia-9161.JPG

nadia-9170.JPG

nadia-9213-copie-1.JPG

nadia-9280.JPG

nadia-9298.JPG

nadia-9325.jpg

nadia-9326.jpg

nadia-9356.JPG

nadia-9357.JPG

nadia-9358.JPG

nadia-9376.JPG

nadia-9363.JPG 

nadia-9408.JPG

nadia-9410.JPG

nadia-9424.JPG

nadia-9429.JPG

nadia-9434.jpg

nadia-9499.JPG

nadia-9500.JPG

nadia-9503.JPG

nadia-9514.JPG

nadia-9524.JPG

« Je l’ai fait voyager, non pas vers moi, mais pour qu’il voit les signes. Aucun lieu ne peut en effet me contenir, le temps et l’espace m’appartiennent. Le cœur de mon serviteur est mon espace le plus intime. Pourquoi le ferais-je voyager vers moi, alors que je suis avec lui où qu’il se trouve. »

Les illuminations de la Mecque…

 

Je ne veux rien et ne désire rien…

 

Alors, alors, suite à des désagréments techniques je ne peux mettre pour l'instant le petit cadeau dédicace comme prévu... Mais... Tout arrivera à point à qui saura attendre...

 

D’ici et avant d’aller là-bas nous vous envoyons à toutes et à tous nos plus aimantes pensées… Prenons soin de nos vies… Et nous impatientons déjà un peu de faire le pèlerinage hivernal vers vos visages…

 



 


 






Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

noémie 29/09/2010 16:39


Un petit coucou de nous trois à vous trois; septembre se termine et le froid commence à entrer dans notre maison... mois de rentrée bien rempli pour nous, de bons moments en famille, pleins de
paniers de légumes et de belles rencontres encore et encore; et pendant que maman fête ses 30 ans, le petit bonhomme voit sa première dent arrivée!! C'est un régal chaque jour en sa présence...
Nous partons finalement sur l'île intense en décembre; mais tenez nous au courant de votre périple, on vous suit de loin et de prêt...
au plaisir de vous lire
Noémie et ses deux hommes


Francine 22/09/2010 20:46


Coucou la petite famille voyageuse
En voyant ces images je revis cette belle semaine passée à vos côtés , de belles découvertes ,pleins d'émotions et surtout beaucoup de bonheur ,poursuivez votre route avec autant d'ardeur
Prenez soin de vous et de la petite LOUISE qui grandit à vue d'oeil
Gros bisous à vous à très bientôt


Nico deuch 20/09/2010 09:45


Que du bonheur, de vous suivre sur les routes minervoises...
Alors que l'automne frappe à nos portes, un parfum de fruits, de terre, de mer, de lumière et de paix émane de vos images.. Ca fait vraiment du bien..
J'ai trouvé un vieux vigoureux la semaine dernière, tout aménagé, reste plus qu'à cloturer la saison et prendre la route d'un nouvel hiver au soleil..
Portez vous bien, à bientot quelque part, j'vous embrasse.


Juju 19/09/2010 23:29


En ce dimanche paisible rempli de soleil et de lyonnaiseries "carpe diemesques" je pense aux êtres auxquels je suis lié... celà commence avec le doux souffle de ma douce qui s'est paisiblement
endormie à mes côtés, et à ma petite famille Liberté qui m'offre ce voyage à chaque connection "Naloudesque". J'aime ces moments, j'aime tes mots et tes images et je me réjouis à l'idée d'inscrire
un futur présent à vos côtés...un jour. En attendant, mon meilleur minervois se débouche et vous souhaite la plus aromatique et la plus enchanteresse des plantes... A nos bonheurs partagés, à la
liberté. C'est un cinéma voyageur qui est venu nous parlé ce we, libre et indépendant au milieu de la jungle urbaine... j'ai déjà hâte à ce lendemain plein de surprises qui nous attend. Et que dire
de la bellle petite Louise. La justesse des regards suffit... belle route à vous 3! J'vous embrasse tendrement et je suis sûr qu'Agathe se joint à moi...


clo 18/09/2010 19:30


Merci pour ces images qui transportent....merci pour ces mots qui mettent du baume à l'âme...Bonne route sur le chemin de la découverte
On vous embrasse